Site internet http://www.opadel.net

Voir les nouveautés sur le site opadel.net :

http://www.opadel.net/nouveautes-opadel.html

Titre de cette page :

http://www.opadel.net/observatoire-general-de-la-manipulation-1.html

 

14 janvier 2008,

Affaire de la censure du site www.alterinfo.net, suite.

Une communication de l'Observatoire général de la manipulation idéologique (OGMI) :

ATTENTION :

 

14 janvier 2008,

Retrait sur le site opadel.net des passages incriminés par les organisations sionistes J'accuse et l'UEJF (voir : http://www.opadel.net/banque-justice.html), suite à l'ordonnance en référé disponible au greffe des référés du TGI de Paris ce jour, ordonnance prise par le juge Nicolas BONNAL, décidant du retrait sur le site alterinfo.net des passages figurant dans l'assignation adressée à alterinfo par J'accuse et l'UEJF, passages figurant de même dans la lettre envoyée par l'avocat Stéphane Lilty à alterinfo et déjà publiée sur le site opadel.net (voir cette lettre http://www.opadel.net/lettre-lilty.html).

Par respect pour cette décision de justice, quoique le site opadel.net ne soit pas visé par celle-ci, il est ce jour même retiré les passages figurant dans l'assignation. La publication d'une lettre d'injonction introduisant une instance judiciaire étant de fait une lettre publique, car toute procédure est par nature publique, et puisque tous les éléments composant une procédure sont de même publics, il est licite de laisser cette lettre à la disposition du public. Bien que d'évidence le droit subisse en ce moment une rapide évolution, la procédure secrète à base de documents secrets n'est pas encore instituée, du moins dans le domaine du droit de la presse, à moins que ce texte qui traite de l'appartenance ethnique de certains banquiers et du nombre de ces banquiers relativement à l'ensemble des banquiers, ne relève du secret d'Etat.

De plus, le site opadel.net se sent contraint de préciser qu'il n'appartient pas à la secte politique américaine trosko-antijuive (ce qui est en soi une curiosité socio-politique), secte dite de Lyndon Larouche, qui alimente copieusement en textes le site alterinfo.net, comme il semble utile de préciser que le site opadel.net ne collabore avec aucun service spécial étatique, à l'inverse de la secte de Lyndon Larouche avec des émanations de l'Etat américain (aucune secte d'importance aux USA ne peut être indépendante des services spéciaux, il en est de même partout ailleurs - secte et services spéciaux collaborent bras dessus bras dessous pour des tas de raisons). Il est devenu visible à Paris, que cette secte ratisse au sein des musulmans, évidemment et sans aucun doute pour leur plus grand bien.

Enfin , le site opadel.net expose son étonnement de voir des sionistes notoires, juifs dits de gauche, comme l'Union des juifs français pour la paix (UJFP), soi-disant antisioniste, s'élancer pour venir en aide au site alterinfo.net, de plus à propos d'un texte qui porte pour le moins à interrogations, comme le fameux site pro palestinien ism-france.org, de la même mouvance, qui apporte de même son obole à alterinfo, ism-france qui lui prêche ni plus ni moins le suicide pour la résistance palestinienne, sous la forme d'une résistance non-violente (sans doute pour abréger les souffrances).

CIA, secte, faux opposants à Israël, avocate qui coule d'emblée son client en affirmant en guise d'introduction à l'audience du 7 janvier que ce n'est pas parce qu'elle défend un dossier qu'elle partage les idées qu'il contient, l'affaire alterinfo.net pourrait être l'occasion de la création d'un "Observatoire de la manipulation".

Le cas récent précédent du CBSP, organisation humanitaire d'aide aux palestiniens était déjà éloquent. Cette organisation a bénéficié d'une offensive coordonnée entre polices de deux états (française et israélienne), pour se débarasser de son président non manipulable (expulsé en Algérie), et des vilains sionistes de droite (le centre Simon Wiesenthal) dans le rôle des méchants menaçants, et des gentils sionistes de gauche venant apporter leur protection (la même avocate que pour alterinfo.net Maître Glock de Nançy), et la CAPJO - Europalestine d'Olivia Zémor (trotsko de Lutte ouvrière, organisation ultrasionite). Résultat, le CBSP n'est plus qu'un pion de plus dans le jeu sioniste.

Ici nous sommes en face d'un cas de figure similaire. Les méchants sionistes de droite sont maintenant l'UEJF et J'accuse, les bons sionistes de gauches sont maintenant l'UJFP. Ce qui est comique, c'est que les méchants sionistes de droite et les gentils sionistes de gauche cohabitent dans le même immeuble, soit au 21 ter rue Voltaire à Paris 11ème. L'UJFP qui apporte son aide financière à alterinfo.net est voisin de bureau de Réflex, une organisation sioniste particulièrement haineuse, qui apparaît dans les liens du site http://franceradicale.org, tenu par Antoine PEILLON qui est secrétaire général de J'accuse, l'association qui poursuit alterinfo.net, et la fait cracher au bassinet.

Le Scalp reflex du 21 ter rue Voltaire à Paris 11ème est l'un des points évidents de passage entre extrême gauche sioniste et extrême droite sioniste (dans ce cas entre l'Union des juifs français pour la paix et J'accuse), gauche et droite sionistes qui ne sont que deux membres appartenant à un corps unique, chacun de ces membres oeuvrant pour la même cause (l'élimination des palestiniens et plus largement de tous les non-juifs de la Palestine), mais auprès de populations différentes et avec des procédés différents (l'UJFP tient par exemple les sites grands publics français indymedias, qui sont des sortes de cour de récréation pour la jeunesse contestataire française, où cette dernière puise l'illusion réconfortante de la révolte, et ainsi se pacifie d'elle-même, sites indymedias qui écartent systématiquement toute authentique critique d'Israël, et mettent en exergue les Femmes en noir, l'AFPS, le GUPS, Génération palestine, et autres faux soutiens aux palestiniens fabriqués de toute pièces par les services israéliens et policiers français).

Pour finir avec cet exposé sur les organisations factices de soutien aux palestiniens, l'imposture finale de ces organisations, est de faire croire qu'il existe en Israël une véritable opposition organisée de certains juifs israéliens à l'encontre de la politique d'Israël vis à vis des palestiniens. Ces organisations s'affirment en France comme étant les ponts entre ces organisations de juifs résistants israéliens et le milieu antisioniste français. C'est absolument faux. Le peu de juifs israéliens réellement en opposition ne fait pas partie de cette mouvance en Israël, et ces derniers nous expliquent que cette opposition en Israël n'existe pas, qu'elle est artificiellement exagérée, et sans aucun doute entièrement fabriquée et téléguidée par les services spéciaux israéliens.

En France, par exemple, il est bon de noter qu'un média entièrement aux ordres du pouvoir sioniste (comme tous d'ailleurs), tel le Parisien, relaie les activités de la CAPJo, de l'UJPF, sans acrimonie, et en les présentant comme des "antisionistes" (voir entre autres les articles du 29/10/2007 et du 14/01/2008).

Quant au GUPS (des étudiants palestiniens, liés aussi à "Génération palestine", des documents internes à cette organisation ont récemment circulé prouvant que cette organisation était aidée financièrement par les israéliens !!!).

L'Observatoire de la manipulation juge l'affaire alterinfo digne d'être continuée à être scrutée avec soin. On est parti pour bien rigoler (Larouche + CIA + DST + sioniste de "droite-gauche" + alterinfo (dans quel rôle ?).

Quelle bonne soupe aux araignées !

 

Nota :

Sujet qui sera ultérieurement traité par l'OGMI en collaboration avec les banques principales sur Paris : "Est-ce un secret d'Etat, classifié "diamant" dans la hiérarchie du secret défense, que ce texte d'alterinfo qui traite de l'appartenance ethnique de certains banquiers et du nombre de ces banquiers relativement à l'ensemble des banquiers" ... (l'association Larouche-CIA-Alterinfo a été condamnée par le juge Bonnal à 1000 euros par jour d'astreinte si non retrait du texte incriminé du site alterinfo.net, à compter de la date de signification de l'ordonnance, plus 1000 euros à verser pour les frais d'avocat ensemble aux deux associations UEJF et J'accuse, plus aux dépends).

Communiqué paru le 14 janvier 2008, sur le site opadel.net, à l'adresse suivante :

http://www.opadel.net/observatoire-general-de-la-manipulation-1.html

 

 

Lire le dossier initial : http://www.opadel/banque-justice.html.

Lire aussi :

http://www.aredam.net/alterinfo-lettre-circulaire-censure.html